Utilisateur

Inscrivez-vous en ligne! Remplissez ce formulaire

COUP DE COEUR!

Un petit essai qui aide à comprendre la situation des afro-américains des Etats-Unis

Romans afro-américains engagés

Blessés : roman

par Percival Everett
John Hunt, un jeune Noir, a choisi de se soustraire à la cruauté des hommes et de vivre en harmonie avec la nature dans un ranch auprès de Gus, son oncle vieillissant. Le quotidien est rythmé par le travail de la ferme et les progrès des chevaux. Peu à peu, autour de John se forme un clan : Gus, Morgan, une voisine dont il tombe amoureux, David, un jeune homme homosexuel rejeté par son père.

Effacement

par Percival Everett
Révolté par le succès d'un ouvrage écrit sans talent sur les ghettos noirs américains, un auteur noir décide d'écrire une parodie qu'il soumet par défi à son éditeur. Le succès est immédiat et le narrateur se retrouve pris au piège de ses travestissements.

Face à l'homme blanc

par James Baldwin

Le grand combat

par Ta-Nehisi Coates
A West Baltimore dans les années 1980, les gangs et le crack sont le seul horizon des gosses du quartier. Ta-Nehisi est voué lui aussi à devenir un bad boy. Mais son père Paul, ancien Black Panther passionné de littérature, lui fait découvrir Malcolm X et James Baldwin. C'est une révélation. L'adolescent rêveur, égaré dans les frasques d'une famille hors norme, se jure d'échapper à son destin. Epopée lyrique aux accents hip-hop, portée par l'amour et l'ambition, Le Grand Combat est l'histoire magnifique d'un éveil au monde, un formidable message d'espoir.

Les douze tribus d'Hattie

par Ayana Mathis

Les larmes noires de Mary Luther

par Anna Jean Mayhew
En 1954, en Caroline du Nord, Juby Watts, 13 ans, part en vacances en Floride avec sa mère Paula, sa soeur Stell et la servante noire Mary. Ce périple les mène à traverser de nombreux Etats sudistes où la ségrégation fait rage. Pour Juby, ce racisme fait écho à sa propre histoire à travers Bill, son père, convaincu que les Noirs ne méritent pas de droits civiques et Mary qui supporte les brimades.

Les suprêmes

par Edward Kelsey Moore
Dans une petite ville de l'Indiana longtemps marquée par la ségrégation, trois quinquagénaires afro-américaines font d'un restaurant leur quartier général et s'y retrouvent tous les dimanches. Premier roman.

Lucky boy

par Walter Mosley
Eric et Tommy sont aussi dissemblables que deux frères peuvent l'être. Pour commencer, l'un est blanc et l'autre noir. D'ailleurs ils ne sont pas frères à proprement parler, même si le lien qui les unit est plus fort encore que celui du sang. Eric est un garçon robuste qui vole de succès en succès, tandis que Tommy, chétif et sans cesse malade, va basculer dans une vie de malchance et de douleur.

Une faim d'égalité

par Richard Wright

Un Enfant du pays

par Richard Wright
Le procès de Bigger, le jeune chauffeur noir de la famille Dalton, est l'occasion pour l'auteur, par la voix de l'avocat Max, de dénoncer "l'honneur moral de la vie d'un Noir aux Etats-Unis", dans les années 40.

Home

par Toni Morrison
Aux Etats-Unis, dans les années 1950, le parcours de Frank Money, un vétéran noir de la guerre de Corée de 24 ans qui veut retrouver Cee, sa soeur malade...

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage

par Maya Angelou
Premier volume de mémoires de l'écrivain noir américain, M. Angelou est aussi cinéaste, adaptatrice de Sophocle, interprète de Jean Genet, poète.

La couleur des sentiments

par Kathryn Stockett
Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une domestique noire. Quand deux d'entre elles, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs, elles ne se doutent pas que la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande.

L'oeil le plus bleu

par Toni Morrison
Chaque nuit, Pecola priait pour avoir des yeux bleus. Elle avait 11 ans et personne ne l'avait remarquée. Mais elle se disait que si elle avait les yeux bleus, tout serait différent, que son père ne boirait plus, que son frère ne ferait plus de fugues. Une fresque cruelle et tragique sur la ségrégation raciale.

L'origine des autres

par Toni Morrison
Dans cette série de six conférences prononcées à l'université de Harvard en 2016, Toni Morrison analyse les arguments du racisme afin d' établir et d'entretenir la domination d'une seule catégorie d'individus. Des récits d'esclaves à l'évocation des lynchages et des récentes violences policières, l'auteur démontre que la "définition de l'inhumain" censée justifier le sadisme de "l'asservisseur" ne saurait en vérité s'appliquer qu'à celui-ci. Mais si la couleur a été utilisée pour ainsi nier l'individualité de l'"Autre", nombre d'auteurs, tels Faulkner ou Hemingway, l'ont aussi largement entretenue, voire exploitée. En cette période marquée par la mondialisation et d'importants mouvements de population, souvent perçus comme des menaces, le combat de l'écrivain contre cette "obsession de la couleur" pourrait enfin nous permettre de nous avouer que l'étranger n'est, après tout, qu'une partie non reconnue de nous-mêmes. Par la finesse de ses analyses historiques, psychologiques et littéraires, Toni Morrison déploie toute l'élégance de son pouvoir de conviction, prouvant aussi que rien de ce qui est humain ne lui est étranger.

Mille petits riens

par Jodi Picoult
Ruth est sage-femme depuis plus de vingt ans. C'est une employée modèle. Une collègue appréciée et respectée de tous. La mère dévouée d'un adolescent qu'elle élève seule. En prenant son service par une belle journée d'octobre 2015, Ruth est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer. Pour Turk et Brittany, un jeune couple de suprémacistes blancs, ce devait être le plus beau moment de leur vie : celui de la venue au monde de leur premier enfant. Le petit garçon qui vient de naître se porte bien. Pourtant, dans quelques jours, ses parents repartiront de la Maternité sans lui. Kennedy a renoncé à faire fortune pour défendre les plus démunis en devenant avocate de la défense publique. Le jour où elle rencontre une sage-femme noire accusée d'avoir tué le bébé d'un couple raciste, elle se dit qu'elle tient peut-être là sa première grande affaire. Mais la couleur de peau de sa cliente, une certaine Ruth Jefferson, ne la condamne-t-elle pas d'avance ? Avec ce nouveau roman captivant et émouvant, Jodi Picoult aborde de front le grand mal américain et nous montre — à travers les petits riens du quotidien, les pas vers l'autre — comment il peut être combattu.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

par Harper Lee
Dans l'Amérique des années 1930, en Alabama. La vie qui s'y déroule au ralenti n'a guère changé depuis le début du siècle. C'est là que grandissent, un peu en marge, la très jeune narratrice Scout et son frère aîné Jem. Leur père, Atticus Finch, veuf, avocat de son état, doit défendre un Noir, Tom Robinson, accusé d'avoir violé une jeune Blanche, qui risque la peine de mort. Prix Pulitzer 1961.

No home

par Yaa Gyasi
Deux soeurs à la destinée bouleversante.Trois siècles d'histoire.« Une réussite éclatante. » Los Angeles Times XVIIIe siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effi a est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l'océan traversé. Effi a ignore que sa soeur Esi y est emprisonnée, avant d'être expédiée en Amérique où des champs de coton jusqu'à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendanced'Effia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance : perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations.Navigant brillamment entre Afrique et Amérique, Yaa Gyasi écrit le destin d'une famille à l'arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.

Underground Railroad

par Colson Whitehead
Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d'avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu'elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s'enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les Etats libres du Nord. De la Caroline du Sud à l'Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d'esclaves qui l'oblige à fuir, sans cesse, le " misérable coeur palpitant " des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté. L'une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l'" Underground Railroad ", le célèbre réseau clandestin d'aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme. A la fois récit d'un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l'Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une oeuvre politique aujourd'hui plus que jamais nécessaire. " Un roman puissant et presque hallucinatoire. Une histoire essentielle pour comprendre les Américains d'hier et d'aujourd'hui. " The New York Times

Une colère noire : lettre à mon fils

par Ta-Nehisi Coates
Coups de coeurs des bibliothécaires Une invitation au dialogue et à la réflexion. Un texte vif, douloureux parfois, mais toujours percutant et indispensable pour comprendre aujourd'hui la position des noirs aux Etats-Unis. Quoi de mieux que l'avis de Toni Morisson elle même, Prix Nobel de Littérature : " je me suis demandée qui remplirait le vide intellectuel après la mort de James Baldwin. Sans aucun doute, c'est Ta-Nehisi Coates..." National book award 2015.

Catastrophes et mondes nouveaux

Cyberminimalisme : face au tout-numérique, reconquérir du temps, de la liberté et du bien-être

par Karine Mauvilly
Nous ne sommes pas condamnés à crouler sous les datas et à obéir à des logiciels. La vie numérisée qui s'impose de plus en plus à nous porte gravement atteinte à l'environnement ; des multinationales high-tech pratiquent le vol de données et la captation d'attention ; nos capacités naturelles d'orientation, de mémoire ou d'empathie sont affectées. Face à ce projet de société digitale peu humaniste, le cyberminimalisme propose une reconquête de notre pouvoir de décision en tant qu'humains et citoyens face aux machines. Au travail, en famille, entre amis, pour nos loisirs ou dans le choix de nos équipements, l'auteure préconise un mode de vie moins numérisé. Le cyberminimalisme n'est pas la cyberabstinence, c'est une reprise de contrôle, tantôt par l'évitement numérique, tantôt par la maîtrise informatique. Préparez-vous à acheter du numérique d'occasion, à adopter des logiciels libres, à profiter de la vie sans poster sur les réseaux sociaux, à agrandir votre zone non numérique. Et comme la liberté se construit dès l'enfance : pas de téléphone portable avant 15 ans !

La traversée des catastrophes : philosophie pour le meilleur et pour le pire

par Pierre Zaoui
Réflexion philosophique sur la vie et l'incidence des catastrophes, la maladie, la mort sur elle, les alterations qu'elles peuvent opérer et comment vivre avec elles. Le livre est présenté comme manuel de survie, destiné à un lecteur athée

Surveiller et punir : naissance de la prison

par Michel Foucault
Au début du XIXe siècle, avec la montée de la civilisation bourgeoise, une société disciplinaire d'un nouveau type se met en place. Cette société est à l'image du Panopticon de Bentham. Le système pénitencier moderne est le fils de cette société panoptique.

Toxique planète : le scandale invisible des maladies chroniques

par André Cicolella
Le toxicologue dénonce les facteurs environnementaux de la croissance des maladies chroniques dans le monde et alerte sur les risques pour la santé publique de molécules toxiques diffusées depuis 1945, en particulier des perturbateurs endocriniens.

Dix petites anarchistes

par Daniel de Roulet
Suisse, fin du XIXe siècle. A Saint-Imier, on vivote entre misère et exploitation, entre les étables et une industrie horlogère encore balbutiante. La visite de Bakounine, plein de l'ardeur de la Commune de Paris, éveille l'idée qu'une autre vie est possible. Dix jeunes femmes font le pari insensé de bâtir, à l'autre bout du monde, une communauté où régnerait " l'anarchie à l'état pur ". Valentine, dernière survivante des " dix petites anarchistes ", nous fait le récit de cette utopie en acte qui les conduit de Suisse en Patagonie jusqu'à Buenos Aires, en passant par l'île de Robinson Crusoé. L'extraordinaire épopée de femmes soudées par un amour farouche de la liberté, qui ont choisi de " se réjouir de l'imprévu sans perdre la force de s'insurger ".

Lenteur, mode d'emploi

par Carl Honoré
L'auteur prône la sincérité et conseille des attitudes à adopter pour parer au manque d'authenticité : renoncer aux faux-semblants, être à l'écoute et éviter les préjugés. Il invite à prêter attention aux besoins non exprimés dans la relation avec autrui, source de frustrations, tels que le besoin de sécurité, de reconnaissance et d'accomplissement de soi.

PANDEMIES

La peste

par Albert Camus
Suite à une épidémie de peste, les autorités décident de fermer la ville d'Oran. Les habitants s'organisent pour survivre au siège de cette maladie mortelle et en particulier le docteur Rieux. Il est l'un des premiers à identifier les symptômes de la maladie et devient une figure centrale dans l'organisation sanitaire de la ville. Parmi les autres personnages, certains seront attachants, d'autres sembleront ailleurs, d'autres reconnaîtront dans la catastrophe la main de Dieu qui punit les pécheurs. Mais finalement, ils seront tous embarqués dans une lutte sans merci. Celle de la survie. Christian Gonon incarne le narrateur masqué et discret de La peste. D'une voix un peu détachée, car le narrateur se veut être un témoin fidèle, il décrit au jour le jour les «faits véritables» qui se sont produits à Oran pendant le fléau. Une lecture humble et pudique au service d'un texte mythique.

Pandemia

par Franck Thilliez
En tant que scientifique à la Cellule d'intervention d'urgence de l'Institut Pasteur, Amandine se rend dans une réserve ornithologique pour faire des prélèvements. Un sac avec des ossements est trouvé dans l'étang. Après Angor, une nouvelle aventure de l'équipe de Franck Sharko et Lucie Henebelle, qui luttent pour préserver l'espèce humaine, menacée par un virus mystérieux. ©Electre 2015

Peste & choléra

par Patrick Deville
Construite autour de la figure d'Alexandre Yersin, cette aventure scientifique retrace le parcours d'un chercheur, disciple de Pasteur, qui fut associé à la découverte du bacille de la peste à Hong Kong en 1894. Prix du Roman Fnac 2012.

Dans les murs : les rats, de la Grande Peste à "Ratatouille"

par Zineb Dryef
Où que l'on se tienne dans cette ville, à une dizaine de mètres de soi, il y a des rats. Quand il nous arrive d'en apercevoir un, même furtivement, se déclenche alors ce sentiment tenace et diffus : la peur de la morsure, de la maladie et de l'envahissement. Malgré la guerre que leur mènent les hommes, plusieurs millions de rats vivent ainsi à Paris. Leur nombre croît tranquillement. Les rats nous effraient, ils nous dégoûtent. Sans doute parce que de tout le monde animal, le rat est le plus proche de nous. Seuls les hommes et les rats sont capables de mettre délibérément à mort un de leurs congénères. Ils sont les seuls capables de dévorer un de leurs semblables. Le rat représente la saleté (il vit dans les canalisations qui transportent les immondices), le danger (il mord), la maladie et la mort. Il nous inquiète. Devenu l'un des animaux les plus craints par l'espèce humaine, le rat charrie un imaginaire de bébés dévorés par les rongeurs et d'un Paris vivant sous la menace d'une dévastatrice armée de rats tapie sous nos pieds. En étudiant le combat que l'homme mène contre le rat, sa haine de l'animal, l'auteur pose la question de notre inhumanité (même contre un rat). Plus largement, elle interroge cette permanence chez l'homme urbain à vouloir croire à un danger proche, "sous nos pieds", mais invisible, et cette phobie du "rat mordant, vorace et sale", devenue la figure symbolique pour les uns de l'Autre (l'étranger) et pour les autres du fascisme, ostracisant ceux qui par originalité ou par amour de l'animal s'affichent avec un rat. Une enquête passionnante, qui se lit comme un roman, sur ces minuscules bêtes débarquées en Europe dans les années 1700, et qui prospèrent depuis dans les quelque 2 400 kilomètres d'égouts que compte notre capitale.

Les grandes épidémies mortelles : de la grippe espagnole au virus Ebola

par Jessica Stone
Présentation des plus grandes maladies infectieuses, et description de l'origine des pandémies, du développement des maladies virales, du traitement des infections bactériennes les plus meurtrières, et des effets sur la population mondiale. L'ouvrage comprend les avis d'experts, des scénarios de propagation de virus mortels, les modes de contamination, etc.

Coup de coeur!

 

Transformant sa phobie en sujet d'étude, Zineb Dryef nous offre une plongée passionnante dans l'histoire de Paris. Entre ratodromes, recettes de rats lors du siège de Paris, 'police des rats', la journaliste nous propose une enquête insolite, qui nous fait découvrir, par la même occasion, l'histoire de la peste et de la découverte de son vaccin. Une pépite inattendue! 

plongée dans le monde hospitalier

Et on tuera tous les affreux

par Boris Vian
Se réveiller tout nu dans une chambre de clinique, où l’on veut vous forcer à faire l’amour avec une très belle fille. L’aventure n’est pas banale. Surtout quand on s’appelle Rocky, que l’on est la coqueluche des demoiselles et qu’on voudrait se garder vierge jusqu’à vingt ans. Un homme assassiné dans une cabine téléphonique, des photos d’opérations chirurgicales abominables, des courses poursuites, des coups de poing, et, au désespoir de Rocky, des filles partout : tel est le cocktail mis au point par Boris Vian (alias Vernon Sullivan) dans ce polar mené à un train d’enfer, tour à tour angoissant et hilarant. A la clef, la clinique où le diabolique Dr Schutz sélectionne des reproducteurs humains et bricole des embryons, prototypes quelquefois ratés d’une race «supérieure». Cinquante ans après la première publication, on est conduit à penser que l’anticipation n’était pas si fantaisiste.

Alors voilà : les 1001 vies des Urgences

par Baptiste Beaulieu
L’auteur, jeune interne en médecine, fait des allers-retours entre les urgences et les soins palliatifs. Pour réconforter une patiente en stade terminal et la garder en vie le temps que son fils, bloqué à l’aéroport, arrive, il lui décrit les coulisses de l’hôpital, dépeint les chefs autoritaires, les infirmières au grand coeur, les internes gaffeurs, etc.

Dites-moi la vérité, docteur : hôpital, un grand chirurgien brise le silence

par Alain Deloche
A. Deloche, chirurgien spécialisé en cardiologie, relate de quelle façon il a dû lui-même subir une opération du coeur pour un triple pontage coronarien. Devenu patient dans le service où il exerce, il évoque les coulisses de l'hôpital à travers une série d'anecdotes qui mettent en scène malades, soignants et chirurgiens. A travers ce récit, il dresse le portrait d'une institution malade.

Guérir et mieux soigner : un médecin à l'école de la maladie

par Pascal Hammel
L'auteur, médecin spécialisé dans les cancers digestifs, raconte son propre combat contre cette maladie et mesure les bienfaits de l'hôpital public qui l'a guéri. Il tire de cette expérience des enseignements qui l'aideront à mieux soigner et cherche à éclairer les Français sur les dangers qui menacent l'excellence et la pérennité du service hospitalier.

Je suis malade : curieux carnets d'un séjour à l'Hôtel-Dieu en 1903-1905

par Alfred Le Petit
Cet ouvrage rassemble les " souvenirs d'hôpital " d'une célébrité de la fin du XIXe siècle, le dessinateur, peintre, caricaturiste, journaliste, comique, chansonnier et photographe Alfred Le Petit (1841-1909). Entre 1903 et 1905, il fait un séjour presque continu à l'Hôtel-Dieu de Paris où il est soigné successivement pour diverses pathologies. Pendant ces longs mois de traite ment, il rédige un journal et dessine abondamment, d'abord pour lui-même, puis pour le milieu médical. Par ses écrits et ses dessins, graves ou drôles mais toujours émouvants, Alfred Le Petit nous fait entrer de plain-pied dans la vie d'un hôpital au début du XXe siècle, à une époque où ces établissements de soins sont en pleine mutation. Dans ces salles, véritables " cours des miracles ", où s'entassent des dizaines de malades, Alfred Le Petit décrit avec minutie son quotidien, les autres malades, la richesse des sociabilités qui se nouent, les soignants - médecins et infirmières. Un témoignage de premier plan sur un passé si proche et si lointain à la fois, qui nous interroge sur l'évolution de notre rapport à la maladie, au corps, à la souffrance et à la mort si familière alors pour le patient de l'hôpital.

Le bal des folles

par Victoria Mas
Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d'une soirée, le Tout-Paris s'encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles - d'un côté les idiotes et les épileptiques ; de l'autre les hystériques, les folles et les maniaques - ce bal est en réalité l'une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

L'école des soignantes

par Martin Winckler
"Le Centre hospitalier holistique de Tourmens est un hôpital public. On y reçoit et on y soigne tout le monde, sans discrimination et avec bienveillance. Mais les préjugés envers son approche féministe et inclusive des soins et de l'enseignement sont tenaces. Depuis sa création, en 2024, les hommes qui s'enrôlent à l'Ecole des soignantes du CHHT n'ont jamais été nombreux : l'année où j'ai commencé ma formation, j'étais l'un des rares inscrits. J'espère que nous ne serons pas les derniers. Je m'appelle Hannah Mitzvah. Aujourd'hui, 12 janvier 2039, je commence ma résidence. L'officiante de l'unité à laquelle je suis affecté se nomme Jean ("Djinn") Atwood. C'est une figure légendaire de la santé des femmes. Je me demande ce qu'elle fait chez les folles".

Patients

par Grand corps malade
Le slameur revient sur l'année qu'il a passée en centre de rééducation pour personnes lourdement handicapées suite à l'accident dont il garde les séquelles. A vingt ans, les vertèbres déplacées après une chute dans une piscine, il perd l'usage de ses jambes, qu'il ne retrouvera qu'après un an de rééducation qu'il évoque ici avec humour, dérision et émotion.
Malvoyant
Thème par défaut

Horaires d'ouverture

Réouverture des médiathèques à compter du mardi 07 juillet


Mar 15h-18h
Mer

10h-12h
15h-18h

Ven 15h-18h
Sam

10h-12h
15h-18h

Dim

fermé

Documents utiles

Des questions ?

fb

       Nous contacter