Utilisateur

Inscrivez-vous en ligne! Remplissez ce formulaire

Arène

Le personnage principal, Benjamin Grossman est persuadé qu’il a réussi et que rien ne peut donc plus lui arriver. Il est un des dirigeants de BeCurrent, une plateforme américaine du type Netflix qui diffuse des séries à des millions d’abonnés. Tout bascule lorsque, banalement un soir son téléphone disparaît dans un bar-tabac de Belleville, au moment où un gamin, Issa, le bouscule.

Après avoir suivi le jeune homme jusqu’au bord du canal Saint-Martin, Benjamin a une altercation avec lui. Le lendemain, une vidéo prise à la dérobée par une lycéenne fait le tour des réseaux sociaux : on y voit le corps sans vie de l’adolescent, bousculé par une policière en intervention. C’est l’élément déclencheur d’une spirale de violences. Personne n’en sortira indemne. Dans cette arène on croise Benjamin Grossmann, une jeune flic, une voleuse d’images, des jeunes des cités voisines, des mères de famille, des travailleurs au noir chinois, un prédicateur, une candidate en campagne pour la mairie.

Negar Djavadi porte un regard avisé et implacable sur notre société. Dans un style très cinématographique, elle décrit avec brio migrants, clochards, trafics, précarité, chômage, terrorisme, violences policières, embrasements rapides et violents de certains quartiers de Paris et de sa banlieue, addictions aux psychotropes comme aux réseaux sociaux.

Avec une écriture vive et alerte, elle propose une description aiguisée de la société contemporaine obnubilée par le règne tout puissant de l'image. On est entre le roman noir, l’enquête policière et sociologique. Elle fait de chacun de ses personnages un portrait psychologique et sociologique subtil et terrifiant par son déterminisme. C’est cynique, réaliste et très percutant. Ce drame en un acte qui se déroule sur une journée, inéluctable est un vrai coup de cœur.

Negar Djavadi est née en Iran en 1969, d'une famille opposante au Shah puis aux Ayatollahs. Elle a fui avec sa famille à 11 ans et vit à Paris. Scénariste elle a écrit son premier roman Désorientale en 2016 qui raconte de façon romancée son exil. Elle a reçu de nombreux prix, dont le Prix colombien du premier roman 2017.

 

Negar Djavadi, Arène, Éditions Liana Lévi

 

Anne-Françoise

 

Horaires

mardi                              15h-17h45

mercredi     10h-12h     15h-17h45

vendredi                         15h-17h45

samedi        10h-12h     15h-17h45

Malvoyant
Thème par défaut

Documents utiles

Des questions ?

fb

       Nous contacter